Résultats financiers de l'exercice 2003

Bénéfice net en hausse de 8,4 %

(Montréal, le 10 juin 2003) – Saputo Inc. a dévoilé aujourd’hui ses résultats financiers pour l’exercice 2003, qui a pris fin le 31 mars 2003.

- Bénéfice net de 173,7 millions de dollars ou 1,68 $ (de base) par action, en hausse de 8,4 % par rapport à l’exercice 2002. Ce montant tient compte d’une charge relative à la rémunération à base d’actions d’un montant de 1,3 million de dollars. Sans ce dernier élément, le bénéfice net afficherait une croissance de 9,2 % comparé à l’exercice précédent.

- Les revenus consolidés de la Société se chiffrent à 3,398 milliards de dollars en comparaison de 3,457 milliards de dollars un an plus tôt. Le prix de vente moyen par livre de fromage de l’exercice 2003 sur le marché américain a été inférieur de 21 % par rapport à celui de l’année précédente, ce qui a engendré un manque à gagner d’environ 158 millions de dollars au chapitre des revenus. De plus, notre division Boulangerie a exclusivement exercé ses activités dans la catégorie des petits gâteaux, contrairement à l’exercice 2002 au cours duquel ses activités incluaient aussi les catégories biscuits, biscottes et soupes durant une période de quinze semaines. Ces activités ont été transférées à Dare Foods en juillet 2001.

- Le BAIIA de l’exercice 2003 s’établit à 354,3 millions de dollars, en hausse de 0,5 % sur celui de l’année précédente.

- Le BAIIA du secteur Produits laitiers canadien s’élève à 200,6 millions de dollars, en hausse de 9,6 % sur l’exercice précédent. La marge de BAIIA de ce secteur est passée de 9,2 % au terme de l’exercice 2002 à 9,9 % pour l’exercice 2003. Ces montants tiennent compte d’un coût d’environ 1,1 million de dollars engendré par les rationalisations annoncées pendant l’année.

- Le BAIIA du secteur Produits laitiers américain s’élève à 120,5 millions de dollars, soit une baisse de 13,5 millions de dollars par rapport à l’exercice 2002. Durant l’exercice 2003, la situation des prix du marché a engendré un manque à gagner d’approximativement 19,0 millions de dollars pour ce qui est du BAIIA, comparativement à l’exercice 2002.

- Le volume de ventes du secteur Produits laitiers américain est en hausse de près de 9,5 % comparé à l’exercice précédent.

- Le BAIIA du secteur Produits d’épicerie de l’exercice terminé le 31 mars 2003 s’est chiffré à 33,2 millions de dollars, pour une marge de 19,8 %, en comparaison du BAIIA de 35,4 millions de dollars et d’une marge de 18,9 % pour l’exercice terminé le 31 mars 2002.

- Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, avant la variation des éléments hors caisse du fonds de roulement, ont totalisé 250,1 millions de dollars pour l’exercice financier terminé le 31 mars 2003, ce qui représente une légère augmentation sur ceux affichés un an plus tôt.

- Remboursement de 133,9 millions de dollars sur la dette à long terme et sur des emprunts bancaires.

Résumé des résultats du quatrième trimestre
- Le bénéfice net s’élève à 47,8 millions de dollars.

- Le bénéfice net tient compte d’un ajustement positif après impôts sur les bénéfices de 0,9 million de dollars au coût cumulatif de la rémunération à base d’actions.

- Le taux d’imposition effectif a été de 21,1 %, ce qui est inférieur au taux effectif un an plus tôt. Ce taux reflète les différentes juridictions d’où nos bénéfices proviennent ainsi qu’une baisse d’impôts sur les bénéfices de 4,1 millions de dollars liée à une entente fiscale sur les prix de transfert conclue au cours du quatrième trimestre et qui tient compte de la différence des taux d’imposition auxquels sont soumises les transactions canado-américaines intersociétés.

- Le BAIIA du quatrième trimestre 2003 se chiffre à 87,5 millions de dollars en comparaison de 92,5 millions de dollars pour la même période de l’exercice 2002. Cette diminution est essentiellement attribuable au secteur Produits laitiers américain, qui a dû composer avec un prix de vente moyen par livre de fromage inférieur à celui en cours un an plus tôt et avec l’appréciation du dollar canadien. Le BAIIA des secteurs Produits laitiers canadien et Produits d’épicerie ont été relativement semblables à ceux de l’exercice 2002.

- Les revenus du trimestre ont totalisé 807,1 millions de dollars en comparaison de 833,6 millions de dollars pour le quatrième trimestre de l’exercice 2002, soit une diminution de 26,5 millions de dollars.

- Dans le secteur Produits laitiers américain, l’appréciation du dollar canadien face à la devise américaine au cours du trimestre, en comparaison du trimestre correspondant de l’exercice précédent, résulte en une diminution de revenus d’environ 15 millions de dollars. Le prix de vente moyen par livre de fromage sur le marché américain a quant à lui chuté de 11 % durant le quatrième trimestre 2003 par rapport au trimestre équivalent de l’exercice 2002, ce qui s’est traduit en une baisse de revenus de quelque 17 millions de dollars. Au 31 décembre 2002, le volume de nos ventes aux États-Unis était en hausse de 11,1 % pour la période des neuf premiers mois de l’exercice 2003 comparativement à celle de l’exercice antérieur. Durant le dernier trimestre de l’exercice 2003, la croissance a été de 4,8 %, ce qui a ramené la croissance globale de cet exercice à 9,5 %.

- Les secteurs Produits laitiers canadien et Produits d’épicerie ont pour leur part connu chacun de légères croissances de revenus qui ont totalisé 4,1 millions de dollars, pour une hausse de revenus de 0,8 %.

Analyse de sensibilité
Les fluctuations de devises canado-américaines peuvent affecter les résultats. Basée sur nos résultats de l’exercice 2003 et sur le taux moyen de conversion du dollar américain en 2003, une fluctuation de 0,01 $ CND aurait entraîné des variations approximatives sur nos résultats financiers de 0,4 million de dollars pour le bénéfice net, de 1,7 million de dollars pour le BAIIA et de 17,0 millions de dollars pour les revenus.

Perspectives
Au cours des prochaines années, l’industrie laitière devra se consacrer à la création de produits innovateurs qui répondent aux changements des exigences nutritionnelles des consommateurs. Le lait et le fromage sont depuis longtemps au coeur du régime alimentaire des Canadiens. Bien qu’ils continueront de l’être, les progrès technologiques nous permettront de plus en plus d’utiliser des produits à base de lait nature pour répondre à une multitude de besoins liés à la nutrition, au style de vie et à la santé des gens. Mais pour réussir à innover et à satisfaire la clientèle, l’industrie devra faire en sorte que la collaboration entre ses différents acteurs et le partage d’objectifs communs deviennent des composantes essentielles de son fonctionnement.

Nous avons souvent dit que le marché canadien des produits laitiers présente peu de possibilités de croissance organique. La consommation de fromage demeure statique même si les ventes de fromage au détail progressent. Malgré cela, nous croyons que le développement de nouveaux produits à valeur ajoutée pourrait favoriser l’apparition de nouvelles catégories de produits laitiers ou de boissons à base de lait et soutenir leur croissance ainsi que celle des catégories existantes. Bien que nous soyons déjà présents dans ce segment avec quelques-uns des produits de notre division Lait, il y a encore beaucoup de place pour l’innovation.

Dans notre secteur Produits laitiers canadien, au delà du développement de nouveaux produits ou de nouveaux créneaux, la garantie de notre succès continue de reposer sur notre efficacité. Pour compléter le projet de rationalisation que nous avons amorcé en 2003, nous prévoyons dépenser approximativement 2 millions de dollars durant l’exercice 2004, ce qui devrait se traduire par des économies d’environ 7 millions de dollars au cours de cet exercice et de quelque 8 millions de dollars annuellement par la suite. Comme les possibilités de croissance organique sont plutôt limitées, nous devons être extrêmement vigilants dans la gestion quotidienne de nos activités, et cela, à tous les niveaux de l’organisation. Pour cette raison, notre analyse portera avant tout sur l’efficacité de notre structure d’exploitation et l’optimisation de nos capacités de production durant l’exercice 2004. Les origines de la Société étant dans la fabrication du fromage, nous avons toujours porté notre attention, comme nous le faisons aujourd’hui, sur les occasions d’acquisition dans l’industrie du fromage. Toutefois, avec des parts de marché d’environ 20 % dans le segment du lait nature, nous demeurons ouverts à considérer des acquisitions éventuelles au Canada dans les segments du lait et des boissons à base de lait.

Les occasions d’acquisition sont cependant nettement plus grandes aux États-Unis. L’industrie américaine tourne la page sur une année plutôt difficile et elle demeure relativement fragmentée. Il y a de la place pour de la consolidation et, dans cette optique, nous garderons l’oeil ouvert. Nous poursuivrons également notre croissance organique stratégique et nous pourrions facilement augmenter notre capacité de production avec un investissement minime, si nécessaire. Nous avons implanté, le 1er avril dernier, une politique de prix de vente minimum sur toutes nos ventes de fromage aux États-Unis. Cette politique est étroitement liée au prix de soutien par livre de fromage du gouvernement en vigueur dans le marché américain.

Quant à la division Boulangerie, nous continuerons de nous consacrer à en améliorer l’efficacité, tout en développant davantage nos affaires dans toutes les régions du Canada. Il importe que nous puissions faire preuve d’efficacité dans un environnement de plus en plus compétitif et où nous sommes confrontés à une fluctuation des prix des matières premières. Nous poursuivrons également nos actions pour percer progressivement le marché américain.

Notre objectif de nous établir comme une entreprise fromagère d’envergure mondiale demeure inchangé. Pour l’atteindre nous devons être présents dans un marché où les matières premières sont offertes à des prix concurrentiels sur le plan international. Par conséquent, nous avons entrepris une démarche de recherche d’occasions d’acquisition ou de partenariat qui nous permettraient de prendre de l’expansion à l’extérieur de l’Amérique du Nord. Cette démarche s’inscrit naturellement dans notre intention d’élargir nos horizons afin de mieux servir notre clientèle, tout en étant concurrentiels à l’échelle mondiale.

Conseil d’administration
Au cours des derniers mois, deux administrateurs ont joint le conseil d’administration. Il s’agit de M. Jean Gaulin et de M. Frank A. Dottori. M. Gaulin est actuellement administrateur de sociétés. Au cours de sa carrière, il a occupé différents postes de direction au sein d’Ultramar Diamond Shamrock. M. Dottori est présentement Président et chef de la direction de Tembec, une société canadienne de produits forestiers.

Énoncés prévisionnels
Ce communiqué de presse contient l’analyse de la direction sur des énoncés prévisionnels. L’interprétation de cette analyse et de ces énoncés devrait être faite avec précaution puisque la direction fait souvent référence à des objectifs et à des stratégies qui comportent quelques risques et incertitudes. Étant donné la nature de nos affaires, les risques et les incertitudes qui y sont liés pourraient faire en sorte que les résultats soient réellement différents de ceux avancés dans de tels énoncés prévisionnels. Nous rejetons toute intention ou toute obligation de réviser ou de mettre à jour les énoncés prévisionnels sur la base de toute nouvelle information ou de tout nouvel événement pouvant survenir.

Dividendes
Le Conseil d’administration de la Société a déclaré un dividende de 0,10 $ par action, payable le 11 juillet 2003 aux porteurs inscrits le 25 juin 2003. Ce dividende est lié au trimestre qui a pris fin le 31 mars 2003.

Appel conférence
Une conférence téléphonique afin de discuter des résultats de l’exercice 2003 aura lieu le mardi 10 juin 2003 à 16h15, heure de l’Est. Le numéro à composer afin de participer à cette conférence téléphonique est le (416) 695-5806 ou le 1-800-273-9672. Veuillez SVP signaler l’un de ces numéros cinq minutes avant le début de la conférence.

Pour écouter cet appel via Internet, veuillez vous rendre à l’adresse http://web1.to.fastvibe.com/CWS/sap/030610sap/staging_fr.htm.

Pour ceux qui ne pourront participer, un enregistrement de la conférence sera disponible pour écoute jusqu’à minuit mardi le 17 juin 2003. Pour accéder à la transmission de l’enregistrement, veuillez signaler le (416) 695-5800 ou le 1-800-408-3053, code d’accès 1433192. La conférence sera archivée sur le site Internet de Saputo à l’adresse www.saputo.com.

La Société
Chaque jour, les 7 000 employés de Saputo s'activent fièrement dans les 47 usines et les centres de distribution de la Société pour fabriquer, commercialiser et distribuer une vaste gamme de produits qui se retrouvent quotidiennement dans des magasins d'alimentation, des restaurants et des mets préparés. Oeuvrant dans les secteurs des produits laitiers et d'épicerie, Saputo offre ses produits sous des marques de commerce telles que Saputo, Stella, Frigo, Dragone, Armstrong, Caron, Cayer, Treasure Cave, Dairyland, Baxter, Nutrilait et Vachon. Une entreprise dynamique d'envergure mondiale, Saputo Inc. est le plus grand transformateur laitier du Canada et l'un des plus importants producteurs de fromage en Amérique du Nord. Saputo Inc. est une société publique et ses actions sont inscrites à la cote de la Bourse de Toronto sous le symbole SAP. Pour obtenir d’autres renseignements, visitez-nous à l’adresse www.saputo.com.

1 Mesure de calcul des résultats non conforme aux principes comptables généralement reconnus
La Société évalue son rendement financier en se basant sur le BAIIA qui est défini comme étant le bénéfice avant intérêts, impôts sur les bénéfices, amortissement et rémunération à base d’actions. Le BAIIA n’est pas une mesure de rendement définie par les principes comptables généralement reconnus au Canada et, par conséquent, peut ne pas être comparable à des mesures semblables présentées par d’autres sociétés.

Renseignements
Claude Pinard
Vice-président, communications
(514) 328-3381

États financiers